Linux : un serveur Knock (knockd). Mais c'est quoi ?

En résumé, il s’agit d’un système dit des « portes dérobées ». Le knockd scrute en permanence les paquets entrants et vérifie si certains d’entre eux répondent à une séquence prédéfinie, et si oui, il exécute une action. On peut imaginer une action qui est l’ouverture du port SSH pour l’IP à l’origine de la séquence.

Par ex, je décide que si une IP m’envoie un paquet SYN sur le port 342 en TCP, puis un paquet ACK sur le port 15161 en UDP, et enfin un paquet RST sur le port 63009 en TCP, alors j’ajoute une règle iptables qui autorise la connexion de cette IP sur le port 22 et qui forwarde cette connexion vers un autre ordinateur de façon transparente.

Le développeur se connecte alors en SSH sur mon ordinateur et se retrouve sur un autre comme par magie, de manière entièrement transparente pour lui. Simple, sûr et efficace.

Petite contrainte : il a faut un client « knock » qui envoie les bons paquets dans le bon ordre et au bon endroit. Il existe un binaire pour quasiment toutes les plateformes, Win32, Linux, MacOS, etc. Donc avant chaque connexion, il devra lancer une commande du genre :

./knock 293.15.12.12 ack:34562:tcp ack:961:udp rst:63009:tcp

Puis il pourra se connecter en SSH. Une fois la session terminée, il faut fermer la porte avec le même genre de commande. Pour se simplifier la vie on peut par exemple se faire 2 scripts, un « sshopen » et l’autre « sshclose » qui contiennent chacun la commande adéquate.

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>