Catégorie : développement Internet

PostgreSQL – Mémo – cheatsheet

PostGreSQL hints / aide

Premiers pas

– Première connexion
– Création de base
N’oubliez pas les ";" à la fin des ordres SQL !
(Pris ici)
sudo su
# su - postgres
postgres $ psql
psql (9.x.x)
Type "help" for help.
postgres=#
postgres=# create database interro;
CREATE DATABASE
postgres-#
postgres=# grant all privileges on database interro to interro;
GRANT
postgres=#
Commentaires fermés sur PostgreSQL – Mémo – cheatsheet Publié dans Mots-clé ,

Django >= 1.11 : faire des widgets de formulaires sur mesure

Les « widgets » sont les composants affichés dans les formulaires qui permettent la saisie des informations (combo, checkboxes, etc.).
A partir de la version 1.11, les widgets ne sont plus du tout construits comme sur les versions précédentes.
Ce qu’il faut retenir : avant, c’était le développeur qui pouvait surcharger les widgets, j’ai fait un petit article ici.
Ce qu’il faut retenir sur la nouvelle gestion des widgets : le graphiste peut avoir accès à l’habillage, et configurer sur mesure l’affichage des widgets. C’est un changement très important du point de vue de travail en équipe, surtout si vous avez un graphiste / front end dans votre équipe.
La documentation est très fournie, jetez un coup d’oeil par là.
Mais son inconvénient, c’est qu’elle est, justement, très fournie… voici donc un résumé.

« surcharger » les widgets

  • Dans settings.py, rajouter dans les applications installées (INSTALLED_APPS) l’application 'django.forms'
  • Toujours dans settings.py, dans la directive TEMPLATES, ajoutez la directive 'DIRS' s’il elle n’y est pas déjà, et précisez dans un tableau les répertoires supplémentaires, par exemple pour moi j’ai :
    'DIRS': [os.path.join(BASE_DIR, 'templates')],
  • Surchargez le composant qui vous intéresse en déclarant le template, exemple :
    class MonCheckboxSelectMultiple(CheckboxSelectMultiple):
        template_name = 'include/widget/checkbox_select.html'
  • Organisez vous dans votre dossier templates à l’identique de la déclaration. Pour remprendre mon exemple j’ai un fichier templates/include/widget/checkbox_select.html dans lequel j’ai copié collé le code source du template Django, puis je l’ai modifié pour qu’il convienne à mes besoins.

Allez chercher les templates, et profitez-en pour lire le code source des formulaires, vous verrez il est simple, et vous verrez comment les templates sont déclarés : Python36/Lib/site-packages/django/forms.

Django : mémo des formulaires « sur mesure »

Voici un mémo des « étapes » à remplir dans l’ordre pour faire un formulaire sur mesure en Django « dans l’ordre »:

  • Créer un formulaire. Classique. Faire un ModelForm et utiliser la classe Meta pour déclarer le modèle via model, et déclarer les champs via fields.
  • Construire ces champs du modèle dans le formulaire. Attention, ne pas confondre le types du champ (qui est en base = le champ du modèle), c’est ce que vous créez, et le widget dans lequel ce champ sera rendu (cf mon exemple dans l’article précédent).
  • Construire la vue, dans le cas update du principe CRUD, j’hérite de generic.UpdateView
  • Dans le formulaire d’origine, créer la fonction dit si le formulaire est valide ou pas : def is_valid(self)
  • Dans la vue, après que le formulaire ait été validé, écrire la fonction def form_valid(self, form) qui est appelée lorsque le formulaire est valide, et utiliser les données nettoyées du formulaire form.cleaned_data pour enregistrer ce que l’on veut
  • Pré-remplir les champs du formulaire, y compris les champs « sur mesure » : c’est dans la vue, via def get_initial(self)

Ouf ! Une fois que tout ça est implémenté, Django construit la vue en lecture (GET) selon un chemin qui ressemble en gros à ça :

  • vue -> form_class
  • forme -> class Meta -> model + fields
  • forme -> constructeur __init__ (ajout champs sur mesure)
  • vue -> get_initial (remplir les valeurs de tous les champs du formulaire)

Django construit la vue en écriture (POST) selon un chemin qui ressemble en gros à ça :

  • vue -> form_class
  • forme -> class Meta -> model + fields
  • forme -> constructeur __init__ (ajout champs sur mesure)
  • forme -> def is_valid(self)
  • forme -> def clean_xx(self) (code qui valide/ou pas le champ xx)
  • forme -> def clean(self) (code qui valide/ou pas tous les champs)
  • vue -> def form_valid(self, form) (sauver ici avec form.cleaned_data)

Alors oui je sais c’est compliqué. Mais quand on y réfléchit bien, sur le modèle MVC, on ne peut pas faire autrement, et c’est le mieux possible. Et encore je n’ai pas parlé de la routine « save() » qui est dans le formulaire : elle est automatiquement appelée lors is_valid() renvoie true, et dans le cas d’un ModelForm elle sauvegarde le formulaire.

Linux : compilation de Python en local

A l’IUT d’Aix en Provence, tous les ordinateurs sont gérés à distance, et sous Linux, aucune possibilité d’installer un logiciel.
Par contre, il est possible de compiler en local !

Compilation Python

Récupérez les dernières sources sur le site officiel.
Puis allez dans le dossier source et tapez :

./configure --prefix=$HOME/python

Puis, si tout s’est bien passé = pas de message d’erreur :

make && make install

A partir de là, sous PyCharm, précisez le chemin Python qui correspondra à votre $HOME/python et précisez que vous voulez installer les packages dans le répertoire de l’utilisateur courant (une case à cocher).

Et voilà : vous aurez un serveur Web Python et pourrez développer et installer tous les packages et librairies que vous voulez !

HTML – CSS

Raccourcis pour gagner du temps :

Base d’une page Web (pris » ici)

<!doctype html>
<html lang="fr">
<head>
    <meta charset="utf-8">
    <title>Titre de la page</title>
    <link rel="stylesheet" href="style.css">
    <script src="script.js"></script>
</head>
<body>
    ...
    <!-- Le reste du contenu -->
    ...
</body>
</html>
Commentaires fermés sur HTML – CSS Publié dans

From Django/Python to NodeJS. Une année après : from NodeJS to Django/Python

Tiens, un blog d’un geek qui explique pourquoi il est passé de python à NodeJS.

Why I’m switching from Python to NodeJS

Ah j’oubliais le plus important : un an après avoir utilisé nodejs en production :

After a year of nodejs in production: back to Python

Au moins ça vient d’un développeur talentueux qui a bossé jour et nuit sur du NodeJS pendant toute une année et il sait bien de quoi il parle.

Spoiler :

  • Easy to learn, impossible to master
  • Good luck handling errors: You’ll need to double your client invoices to makeup for debug time
  • Would I recommend it for large-scale products? Absolutely not.

Traduction de ce qui importe le plus : votre client devra payer le double pour le même projet : développement + autant de temps pour déboguer.

Je vous laisse faire votre propre expérience, moi j’ai la mienne qui se rapproche assez de ces billets de blog.

Javascript et jQuery : comment créer un svg dynamiquement

Saviez vous qu’il était impossible de créer un élément svg dynamiquement comme ceci :

var $('<svg />'); ?

Moi non. Après avoir cherché pendant pas mal de temps j’ai enfin réussi à faire un code qui génère un svg et ça fonctionne :

var mySvg = document.createElementNS("http://www.w3.org/2000/svg", "svg"),
    div_svg = $('#mondiv');

mySvg.setAttribute("version", "1.2");
mySvg.setAttribute("baseProfile", "tiny");
mySvg.setAttribute('viewBox', '0 0 100 100');
mySvg.setAttribute('preserveAspectRatio', 'xMinYMin');
div_svg[0].appendChild(mySvg); /* (!) [0] = élément DOM "pur" */
var c = document.createElementNS("http://www.w3.org/2000/svg", "polygon");
c.setAttribute('points', '0,45 25,1 75,1 99,45 75,90 25,90');
c.setAttribute('style', 'fill:blue;stroke:red;stroke-width:1');
$(mySvg).append(c);

Et voilà vous avez enfin un exemple qui fonctionne !

PostgreSQL : mémo

Comment créer une base de données :
CREATE DATABASE interro WITH OWNER 'monutilisateur' ENCODING 'UTF8' TEMPLATE=template0;

Changer le mot de passe de l’utilisateur monutilisateur :
Se connecter en root puis :
root@inyab:~# su postgres
postgres@inyab:/root$ psql
could not change directory to "/root"
psql (9.1.18)
Type "help" for help.
postgres=# ALTER USER monutilisateur WITH PASSWORD 'nommotdepasse';

Comment pouvoir se connecter en python :

try:
    conn = psycopg2.connect('dbname=interro '\
                            'host=localhost '\
                            'user=monutilisateur '\
                            'password=monmotdepasse')
except Exception as e:
    print(e)
sys.exit(u'Script terminé')

Attention j’ai l’impression qu’on ne peut se connecter que sous le nom d’utilisateur sous lequel c’est exécuté, mais à valider.

Django : django.db.utils.IntegrityError: table__new.colonne may not be NULL

C’est le genre de problème qui arrive très souvent lorsqu’on touche à une base de données, en ajoutant un champ.
Pourquoi ? Parce que par défaut, les champs crées sans paramètres ne doivent pas être vides.

Exemple concret : je veux rajouter pour un modèle, un champ « exemple » :

class Groupe(models.Model):
    description = models.CharField(max_length=150)
    exemple = models.CharField()

Je fais « makemigration / migrate » et là, horreur : « django.db.utils.IntegrityError: main_groupe__new.exemple may not be NULL »

La solution

  • Supprimer le dossier « migrations » de l’application concernée
  • Lancer un migrate --fake-initial qui va « simuler » un migrate, sans essayer de créer les tables
  • Lancer makemigration nomappli (!! c’est ici que si on oublie le nom de l’appli rien ne se passe !!)
  • Seconde astuce : supprimer le champ fautif
  • Lancer migrate : là il va supprimer de la base le champ fautif
  • Remettre le champ avec blank=True, default=None
  • Refaire makemigration puis migrate sans préciser le nom de l’appli, comme d’habitude.

Et votre nouveau code sera pris en compte :
class Groupe(models.Model):
    description = models.CharField(max_length=150)
    exemple = models.CharField(max_length=150,
                               blank=True, default=None)

Oui je sais ça a l’air long, mais en pratique ça prend deux-trois minutes seulement !

Varnish 4.x : comment faire un redirect

Après avoir passé plusieurs heures sans aucune réponse satisfaisante, j’ai enfin trouvé la solution du redirect.
Varnish n’a pas la possibilité de faire un redirect « simplement », il faut normalement laisser cela au « backend », c’est à dire au serveur derrière (Apache ou autre).
Mais moi je ne voulais pas. C’est mon droit non ?
Voici comment faire un redirect qui fonctionne :

sub vcl_recv {
    # Rediriger tous les ".fr" vers ".com"
    if (
        (req.http.host ~ "(.*)monsite\.fr$")
    ) {
        # ! error = envoyer vers la sous-routine "vcl_error"
        set req.http.x-redir = "http://www.bb.com" + req.url;
        return(synth(850, "Moved permanently"));
    }
}

L’astuce principale était : utiliser vcl_synth

D’après le code, je vous résume ce que j’ai compris : si jamais on a un status 850 qui semble être un ordre particulier, alors automatiquement changer les headers en y appliquant la redirection, et les renvoyer directement le résultat.
Donc, après la routine vcl_recv il vous suffit d’ajouter vcl_synth comme ceci :

sub vcl_synth {
    if (resp.status == 850) {
        set resp.http.Location = req.http.x-redir;
        set resp.status = 302;
        return (deliver);
    }
}