Catégorie : développement Internet

Django Channels sous Windows : attention !

Bah oui !

Sous Linux, Django Channels est compatible Python 3.5 et plus : c’est vrai.
Pof, comme d’habitude, sudo apt-get install blabla, pip3 install blabla et tout fonctionne.
Sous Windows, ce n’est pas le cas (cela changera sûrement dans les semaines à venir et cet article va rapidement ne plus être vrai), mais pour l’instant, Django Channels ne fonctionne pas sous Windows avec Python 3.6, mais uniquement avec Python 3.5.

De plus, vous devrez télécharger des Gigas et des Gigas de données Microsoft pour avoir le compilateur C++ 14 (si ma mémoire est bonne).

Parce que mon ami Microsoft © a retiré les liens (et si vous les avez je suis preneur) du compilateur en ligne C++, et vous devez télécharger Visual Studio et toutes ses immondices qui vont autour, « téléchargez la version pro », « payez un abonnement », ou le pire : « vous devez être enregistré pour pouvoir lancer Visual Studio » (ce qui, à mon sens, est totalement inadmissible et fait partie des wagons (trains entiers ?) de choses qui font que je prône Linux).

2,8 Go chez moi pour Visual Studio Community ainsi que 5,3 Go pour Microsoft SDKs.

Bref, sous Windows :

  • Installez Python 3.5 (toujour à la racine « C:\Python35« ) pour éviter les problèmes de droits quand il est dans « Program Files« 
  • Installez via la ligne de commande classique « channels » (sans passer par PyCharm) : python.exe -m pip install -U channels

Exemple : cocktails

Pour avoir la moyenne

Lorsqu’on vient sur le site :

  • Si on n’est pas connecté, afficher le formulaire de connexion
  • Si on est connecté :
    • Appel AJAX #1 : aller demander la liste des cocktails et l’afficher
    • Appel AJAX #2 : lorsqu’on clique sur un cocktail, aller chercher le détail de ce cocktail et l’afficher

Pour dépasser un peu la moyenne

  • Formulaire de connexion
  • Gestion des erreurs / avertissements de base (avertissement si mot de passe trop court, erreur si login existant etc)

Pour dépasser largement moyenne

Possibilité de créer des cocktails


Créer un ingrédient

Appel AJAX simple à faire, nous l’avons vu en cours : envoi d’un formulaire :


Créer une unité

Appel AJAX simple à faire, nous l’avons vu en cours : envoi d’un formulaire :


Créer un cocktail

Le seul appel AJAX complexe à faire, voici l’interface utilisateur, à vous d’écrire le code JavaScript qui va derrière :

Pour avoir la note maximale

  • Ecrire tout correctement, parfaitement indenté (tous les éditeurs modernes vous font l’indentation automatique, servez-vous en !)
  • Tout écrire sous forme de classe (dans le cas de ce projet Cocktails, classe Ingredient, classe Unite, etc)
  • Tout séparer dans des fichiers selon cette organisation : un fichier JavaScript par classe, le nom du fichier = le nom de la classe en minuscule (dans le cas de ce projet Cocktails, classe ingredient.js, classe unite.js, etc)
  • Ecriture complète en ECMA6(plus de var, que des let, fonctions de la forme () = >{} etc)
  • Callbacks avancés avec gestion des closures

WordPress : passer de http en https

Je ne fais aucune documentation technique ici, mais juste les deux petites choses auxquelles vous n’aurez peut-être pas pensé : une fois les certificats générés et installés, s’il y a quelque chose qui ne fonctionne pas (une redirection infinie par exemple), voici des endroits où regarder :

Installez l’utilitaire wp-cli qui vous permet de tout faire, y compris l’option search-replace et remplacez « http://monsite » par « https://monsite« . N’oubliez pas de faire une sauvegarde avant (merci mysqldump).

  • Vous avez nginx en tant que reverse proxy ? Forcez WordPress en https :
    Fichier wp-config.php ajoutez ce code :

    if ((!empty($_SERVER['HTTP_X_FORWARDED_PROTO']))
        && $_SERVER['HTTP_X_FORWARDED_PROTO'] === 'https'
    ) {
        $_SERVER['HTTPS'] = 'on';
    }
  • Si cela ne fonctionne toujours pas, essayez de forcer l’admin en https ainsi :
    wp-config.php » ajoutez ce define au début : define('FORCE_SSL_ADMIN', true);

PostgreSQL

PostGreSQL hints / aide

Premiers pas

– Première connexion
– Création de base
N’oubliez pas les ";" à la fin des ordres SQL !
(Pris ici)
sudo su
# su - postgres
postgres $ psql
psql (9.x.x)
Type "help" for help.
postgres=#
postgres=# create database <db>;
CREATE DATABASE
postgres=# grant all privileges on database <db> to <user>;
GRANT
postgres=# ALTER ROLE <user> SUPERUSER;
postgres=#

Supprimer puis refaire une base de données

Se connecter en étant le user "postgres" pour être root et éviter les problèmes de droits.
(!) J’ai tout mis en une ligne comme cela il suffit de copier-coller.
sudo su
# su - postgres
# \c <db>
$ DROP SCHEMA public CASCADE; CREATE SCHEMA public; GRANT ALL ON SCHEMA public TO public; GRANT ALL ON SCHEMA public TO interro;
postgres=#

Faire un dump

Se connecter en étant le user "postgres" pour être root et éviter les problèmes de droits. sudo su
# su - postgres
postgres $ pg_dump interro > output.sql
postgres=#

Opérations de base

Show databases \l
Oui il n’a bien que ça à mettre : antislash « l » !
Switch databases \c <db>
Show tables \dt
Show users \du
Créer un utilisateur CREATE USER <user>;
Changer le mot de passe ALTER USER <user> PASSWORD 'mon-mot-de-passe';
Changer les permissions ALTER USER olivier WITH SUPERUSER;
ALTER USER olivier WITH CREATEDB;
ALTER USER olivier WITH CREATEROLE;
ALTER USER olivier WITH CREATEUSER;
ALTER USER olivier WITH REPLICATION;
ALTER USER olivier WITH BYPASSRLS;
Se connecter en tant que user psql -U olivier -d postgres -h localhost
Déplacer les fichiers data sudo -u postgres psql
# SHOW data_directory;

Puis continuer le tuto ici

Commentaires fermés sur PostgreSQL Publié dans Mots-clé ,

Django >= 1.11 : faire des widgets de formulaires sur mesure

Les « widgets » sont les composants affichés dans les formulaires qui permettent la saisie des informations (combo, checkboxes, etc.).
A partir de la version 1.11, les widgets ne sont plus du tout construits comme sur les versions précédentes.
Ce qu’il faut retenir : avant, c’était le développeur qui pouvait surcharger les widgets, j’ai fait un petit article ici.
Ce qu’il faut retenir sur la nouvelle gestion des widgets : le graphiste peut avoir accès à l’habillage, et configurer sur mesure l’affichage des widgets. C’est un changement très important du point de vue de travail en équipe, surtout si vous avez un graphiste / front end dans votre équipe.
La documentation est très fournie, jetez un coup d’oeil par là.
Mais son inconvénient, c’est qu’elle est, justement, très fournie… voici donc un résumé.

« surcharger » les widgets

  • Dans settings.py, rajouter dans les applications installées (INSTALLED_APPS) l’application 'django.forms'
  • Toujours dans settings.py, dans la directive TEMPLATES, ajoutez la directive 'DIRS' s’il elle n’y est pas déjà, et précisez dans un tableau les répertoires supplémentaires, par exemple pour moi j’ai :
    'DIRS': [os.path.join(BASE_DIR, 'templates')],
  • Surchargez le composant qui vous intéresse en déclarant le template, exemple :
    class MonCheckboxSelectMultiple(CheckboxSelectMultiple):
        template_name = 'include/widget/checkbox_select.html'
  • Organisez vous dans votre dossier templates à l’identique de la déclaration. Pour remprendre mon exemple j’ai un fichier templates/include/widget/checkbox_select.html dans lequel j’ai copié collé le code source du template Django, puis je l’ai modifié pour qu’il convienne à mes besoins.

Allez chercher les templates, et profitez-en pour lire le code source des formulaires, vous verrez il est simple, et vous verrez comment les templates sont déclarés : Python36/Lib/site-packages/django/forms.

Django : mémo des formulaires « sur mesure »

Voici un mémo des « étapes » à remplir dans l’ordre pour faire un formulaire sur mesure en Django « dans l’ordre »:

  • Créer un formulaire. Classique. Faire un ModelForm et utiliser la classe Meta pour déclarer le modèle via model, et déclarer les champs via fields.
  • Construire ces champs du modèle dans le formulaire. Attention, ne pas confondre le types du champ (qui est en base = le champ du modèle), c’est ce que vous créez, et le widget dans lequel ce champ sera rendu (cf mon exemple dans l’article précédent).
  • Construire la vue, dans le cas update du principe CRUD, j’hérite de generic.UpdateView
  • Dans le formulaire d’origine, créer la fonction dit si le formulaire est valide ou pas : def is_valid(self)
  • Dans la vue, après que le formulaire ait été validé, écrire la fonction def form_valid(self, form) qui est appelée lorsque le formulaire est valide, et utiliser les données nettoyées du formulaire form.cleaned_data pour enregistrer ce que l’on veut
  • Pré-remplir les champs du formulaire, y compris les champs « sur mesure » : c’est dans la vue, via def get_initial(self)

Ouf ! Une fois que tout ça est implémenté, Django construit la vue en lecture (GET) selon un chemin qui ressemble en gros à ça :

  • vue -> form_class
  • forme -> class Meta -> model + fields
  • forme -> constructeur __init__ (ajout champs sur mesure)
  • vue -> get_initial (remplir les valeurs de tous les champs du formulaire)

Django construit la vue en écriture (POST) selon un chemin qui ressemble en gros à ça :

  • vue -> form_class
  • forme -> class Meta -> model + fields
  • forme -> constructeur __init__ (ajout champs sur mesure)
  • forme -> def is_valid(self)
  • forme -> def clean_xx(self) (code qui valide/ou pas le champ xx)
  • forme -> def clean(self) (code qui valide/ou pas tous les champs)
  • vue -> def form_valid(self, form) (sauver ici avec form.cleaned_data)

Alors oui je sais c’est compliqué. Mais quand on y réfléchit bien, sur le modèle MVC, on ne peut pas faire autrement, et c’est le mieux possible. Et encore je n’ai pas parlé de la routine « save() » qui est dans le formulaire : elle est automatiquement appelée lors is_valid() renvoie true, et dans le cas d’un ModelForm elle sauvegarde le formulaire.

Linux : compilation de Python en local

A l’IUT d’Aix en Provence, tous les ordinateurs sont gérés à distance, et sous Linux, aucune possibilité d’installer un logiciel.
Par contre, il est possible de compiler en local !

Compilation Python

Récupérez les dernières sources sur le site officiel.
Puis allez dans le dossier source et tapez :

./configure --prefix=$HOME/python

Puis, si tout s’est bien passé = pas de message d’erreur :

make && make install

A partir de là, sous PyCharm, précisez le chemin Python qui correspondra à votre $HOME/python et précisez que vous voulez installer les packages dans le répertoire de l’utilisateur courant (une case à cocher).

Et voilà : vous aurez un serveur Web Python et pourrez développer et installer tous les packages et librairies que vous voulez !

HTML/CSS – Sélecteurs

Raccourcis pour gagner du temps :


Base d’une page Web (pris » ici)

<!doctype html>
<html lang="fr">
<head>
    <meta charset="utf-8">
    <title>Titre de la page</title>
    <link rel="stylesheet" href="style.css">
    <script src="script.js"></script>
</head>
<body>
    ...
    <!-- Le reste du contenu -->
    ...
</body>
</html>

Tester des filtres XPath

Vous pouvez tester des filtres XPath dans la console de Chrome en utilisant $x().
Exemple de filtre (devinez à quoi il me sert !) :
$x('//*[contains(@class, "nt-card-list")]/descendant::button[@data-control-name="cta_display" and text()="Voir les nouveaux postes"]')

Commentaires fermés sur HTML/CSS – Sélecteurs Publié dans

From Django/Python to NodeJS. Une année après : from NodeJS to Django/Python

Tiens, un blog d’un geek qui explique pourquoi il est passé de python à NodeJS.

Why I’m switching from Python to NodeJS

Ah j’oubliais le plus important : un an après avoir utilisé nodejs en production :

After a year of nodejs in production: back to Python

Au moins ça vient d’un développeur talentueux qui a bossé jour et nuit sur du NodeJS pendant toute une année et il sait bien de quoi il parle.

Spoiler :

  • Easy to learn, impossible to master
  • Good luck handling errors: You’ll need to double your client invoices to makeup for debug time
  • Would I recommend it for large-scale products? Absolutely not.

Traduction de ce qui importe le plus : votre client devra payer le double pour le même projet : développement + autant de temps pour déboguer.

Je vous laisse faire votre propre expérience, moi j’ai la mienne qui se rapproche assez de ces billets de blog.

Javascript et jQuery : comment créer un svg dynamiquement

Saviez vous qu’il était impossible de créer un élément svg dynamiquement comme ceci :

var $('<svg />'); ?

Moi non. Après avoir cherché pendant pas mal de temps j’ai enfin réussi à faire un code qui génère un svg et ça fonctionne :

var mySvg = document.createElementNS("http://www.w3.org/2000/svg", "svg"),
    div_svg = $('#mondiv');

mySvg.setAttribute("version", "1.2");
mySvg.setAttribute("baseProfile", "tiny");
mySvg.setAttribute('viewBox', '0 0 100 100');
mySvg.setAttribute('preserveAspectRatio', 'xMinYMin');
div_svg[0].appendChild(mySvg); /* (!) [0] = élément DOM "pur" */
var c = document.createElementNS("http://www.w3.org/2000/svg", "polygon");
c.setAttribute('points', '0,45 25,1 75,1 99,45 75,90 25,90');
c.setAttribute('style', 'fill:blue;stroke:red;stroke-width:1');
$(mySvg).append(c);

Et voilà vous avez enfin un exemple qui fonctionne !