Mots-clé : windows

Django Channels : astuces

Vous êtes sous Windows ?
Vous avez Python36 ?
Vous voulez faire tourner Django Channels ?
Installez Python 3.5 dans C:\Python35, puis à partir de là il faut tout faire sous Python 3.5.
Vous verrez que lorsque vous aurez tout installé, tout configuré, eh bien… daphne (le serveur Web asynchrone pour Django Channels) ne fonctionnera pas.
En fait, il vous faut modifier le path Windows pour être sûr qu’il pointe d’abord sur Python35 puis sur Python35/Scripts

Sous PyCharm, j’ai (enfin !) trouvé l’astuce : allez dans :
Project » Settings » Tools » Terminal

De là, modifiez Shell path par :
cmd.exe "/k set PATH=C:\Python35;C:\Python35\Scripts;%PATH%"
ou
"cmd.exe" /k ""set PATH=C:\Python35;C:\Python35\Scripts;%PATH%""
(une des deux solutions va fonctionner)

Et vous aurez accès à daphne en ligne de commande !

/mot-cle/windows/

Django Channels sous Windows : attention !

Bah oui !

Sous Linux, Django Channels est compatible Python 3.5 et plus : c’est vrai.
Pof, comme d’habitude, sudo apt-get install blabla, pip3 install blabla et tout fonctionne.
Sous Windows, ce n’est pas le cas (cela changera sûrement dans les semaines à venir et cet article va rapidement ne plus être vrai), mais pour l’instant, Django Channels ne fonctionne pas sous Windows avec Python 3.6, mais uniquement avec Python 3.5.

De plus, vous devrez télécharger des Gigas et des Gigas de données Microsoft pour avoir le compilateur C++ 14 (si ma mémoire est bonne).

Parce que mon ami Microsoft © a retiré les liens (et si vous les avez je suis preneur) du compilateur en ligne C++, et vous devez télécharger Visual Studio et toutes ses immondices qui vont autour, « téléchargez la version pro », « payez un abonnement », ou le pire : « vous devez être enregistré pour pouvoir lancer Visual Studio » (ce qui, à mon sens, est totalement inadmissible et fait partie des wagons (trains entiers ?) de choses qui font que je prône Linux).

2,8 Go chez moi pour Visual Studio Community ainsi que 5,3 Go pour Microsoft SDKs.

Bref, sous Windows :

  • Installez Python 3.5 (toujour à la racine « C:\Python35« ) pour éviter les problèmes de droits quand il est dans « Program Files« 
  • Installez via la ligne de commande classique « channels » (sans passer par PyCharm) : python.exe -m pip install -U channels

/mot-cle/windows/

Windows : le shell Linux / Ubuntu enfin acceptable !

Merci à l’un de mes étudiants pour l’astuce :

Sous Windows 10 :

  • Activez le mode développeur ;
  • Cochez l’option « Linux » (il faut la chercher) ;
  • Tentez de lancer un shell via le menu « Démarrer » et tapez « Ubuntu ».

Vous aurez un Shell Linux, mais totalement pourri.

Faites néanmoins le classique « sudo apt-get update && sudo apt-get upgrade« .

Une fois cela terminé, allez récupérer ce qui va vous changer la vie : wsltty.
C’est un outil qui remplace le shell Ubuntu de Windows, mais qui est mieux sur tous les plans.
Et là vous aurez un shell qui ressemble au mintty de Cygwin (mon shell préféré).

/mot-cle/windows/

Windows : les loopbacks. Impossible à surveiller

Si jamais vous faites un site Internet, que vous le mettez sur localhost et que vous lancez un navigateur, il se peut que, comme moi, vous ayez envie de voir exactement ce qui se passe.

Dans ce cadre, un « espion » parfait pour cela est wireshark (analyseur de trames réseau).

Après plusieurs minutes, voire heures, vous verrez que quelles que soient vos actions, rien ne se passe.
L’explication est simple : Windows, peu importe sa version, « coupe » les arrivées réseau si elles sont en loopback = sur localhost.

Un grand merci, encore une fois, pour Windows !

Toute l’explication est là.

Il faut utiliser un outil, RawCap, qui hacke un peu Windows et génère un fichier « .pcap » compatible avec Wireshark.

Sur Linux, vous n’aurez pas ce problème typique Windows

En ligne de commande, on peut faire le dump de tout le traffic, y compris le localhost.
Il vous suffit d’utiliser l’utilitaire tcpdump, exemple :

$
$ sudo tcpdump -vv -i lo port 8000
tcpdump: listening on lo, link-type EN10MB (Ethernet), capture size 262144 bytes

Et à partir de là il écoutera sur le port 8000. Lancez Chrome, allez sur localhost:8000 et là vous verrez :

(pour la note, même s’il n’y a pas de serveur, ce qui est le cas ici, il écoute et trace vraiment tout)

17:23:14.100160 IP6 (flowlabel 0x52956, hlim 64, next-header TCP (6) payload length: 40) ip6-localhost.44238 > ip6-localhost.8000: Flags [S], cksum 0x0030 (incorrect -> 0xfe61), seq 1512481496, win 43690, options [mss 65476,sackOK,TS val 3860198845 ecr 0,nop,wscale 7], length 0
17:23:14.100165 IP6 (flowlabel 0xe143c, hlim 64, next-header TCP (6) payload length: 20) ip6-localhost.8000 > ip6-localhost.44238: Flags [R.], cksum 0x001c (incorrect -> 0xe6c0), seq 0, ack 1512481497, win 0, length 0
17:23:14.100189 IP (tos 0x0, ttl 64, id 63584, offset 0, flags [DF], proto TCP (6), length 60)
localhost.43918 > localhost.8000: Flags [S], cksum 0xfe30 (incorrect -> 0x631e), seq 4099830766, win 43690, options [mss 65495,sackOK,TS val 1743693574 ecr 0,nop,wscale 7], length 0
17:23:14.100194 IP (tos 0x0, ttl 64, id 12132, offset 0, flags [DF], proto TCP (6), length 40)
localhost.8000 > localhost.43918: Flags [R.], cksum 0x7eb1 (correct), seq 0, ack 4099830767, win 0, length 0
17:23:14.153839 IP6 (flowlabel 0xc30e0, hlim 64, next-header TCP (6) payload length: 40) ip6-localhost.44242 > ip6-localhost.8000: Flags [S], cksum 0x0030 (incorrect -> 0xaa17), seq 1123880506, win 43690, options [mss 65476,sackOK,TS val 3860198859 ecr 0,nop,wscale 7], length 0
17:23:14.153847 IP6 (flowlabel 0xee9c9, hlim 64, next-header TCP (6) payload length: 20) ip6-localhost.8000 > ip6-localhost.44242: Flags [R.], cksum 0x001c (incorrect -> 0x9284), seq 0, ack 1123880507, win 0, length 0
17:23:14.153884 IP (tos 0x0, ttl 64, id 20755, offset 0, flags [DF], proto TCP (6), length 60)
localhost.43922 > localhost.8000: Flags [S], cksum 0xfe30 (incorrect -> 0x1c4e), seq 3564886671, win 43690, options [mss 65495,sackOK,TS val 1743693588 ecr 0,nop,wscale 7], length 0
17:23:14.153891 IP (tos 0x0, ttl 64, id 12140, offset 0, flags [DF], proto TCP (6), length 40)
localhost.8000 > localhost.43922: Flags [R.], cksum 0x37ef (correct), seq 0, ack 3564886672, win 0, length 0
17:23:19.161265 IP6 (flowlabel 0x606b8, hlim 64, next-header TCP (6) payload length: 40) ip6-localhost.44246 > ip6-localhost.8000: Flags [S], cksum 0x0030 (incorrect -> 0x1e75), seq 983670096, win 43690, options [mss 65476,sackOK,TS val 3860200111 ecr 0,nop,wscale 7], length 0
17:23:19.161281 IP6 (flowlabel 0xe0662, hlim 64, next-header TCP (6) payload length: 20) ip6-localhost.8000 > ip6-localhost.44246: Flags [R.], cksum 0x001c (incorrect -> 0x0bc6), seq 0, ack 983670097, win 0, length 0
17:23:19.161360 IP (tos 0x0, ttl 64, id 18581, offset 0, flags [DF], proto TCP (6), length 60)
localhost.43926 > localhost.8000: Flags [S], cksum 0xfe30 (incorrect -> 0xe872), seq 99211285, win 43690, options [mss 65495,sackOK,TS val 1743694840 ecr 0,nop,wscale 7], length 0
17:23:19.161372 IP (tos 0x0, ttl 64, id 13102, offset 0, flags [DF], proto TCP (6), length 40)
localhost.8000 > localhost.43926: Flags [R.], cksum 0x08f8 (correct), seq 0, ack 99211286, win 0, length 0

/mot-cle/windows/

Windows : astuce pour gagner du temps

  1. Placez un raccourci sont placés dans le répertoire C:\WINDOWS\system32\lnk.
  2. Ajoutez ce répertoire au PATH de Windows donc tous les raccourcis et autres programmes placés dans ce répertoire pourront être exécutés via DOS ou la commande Exécuter de Windows [WIN+R].
  3. Créez un fichier bat très court, moi j’ai, par exemple « h.bat »
  4. Dans ce fichier, si vous voulez ouvrir l’explorateur à un endroit spécifique, tapez « %SystemRoot%\explorer.exe "C:\BLABLA" » avec BLABLA étant le nom du dossier que vous voulez ouvrir

Note : si vous voulez que vos fenêtres s’ouvrent en mode « maximisé » (qui est différent de plein écran), ajoutez au début start /MAX. Exemple :
start /MAX %SystemRoot%\explorer.exe "C:\BLABLA"

Raccourci de liens

Depuis plus de 15 ans j’utilise cette astuce que peu de gens connaissent : cherchez à gagner du temps, vous verrez cela vous servira tôt ou tard !

/mot-cle/windows/

Une vulnérabilité critique affectant Windows Server 2003 ne sera pas corrigée

C’est bien, je vais enfin avoir l’argument massue pour tous ceux qui critiquent Linux : une faille critique sur Windows Server 2003 qui permet de devenir maître du système à distance ne sera jamais corrigée.

Je vous rappelle qu’on paie pour une license, et que la sécurité fait partie des choses pour lesquelles on paie (on paie en partie pour les mises à jour et ces dernières corrigent les bogues et problèmes de sécurité).

Il suffira donc juste d’avoir le programme qui permet d’exploiter cette faille et si on veut être méchant, on le pourra !

Tout est expliqué ici : sur developpez.com

/mot-cle/windows/

Windows Update : interdire le redémarrage – reboot

Pour ceux que ça rend complètement dingue, comme moi, de :

  • laisser l’ordinateur allumé le soir et de lancer des téléchargements (réinstallation de programmes = 60 Go à récupérer via steam, entre autres),
  • pire, un document Pspad ou Notepad (qui ne font pas de copie de sauvegarde) ouvert,
  • quand vous arrivez, il ne reste affiché qu’une chose à l’écran

ceci :

Windows update reboot automatique résultats

Vous avez une seule envie : jeter votre ordinateur par la fenêtre.
Ah oui, pour la note : Linux ne fait jamais ça.

La solution

Étape 1

Allez dans le menu Démarrer et choisissez «Exécuter».
Puis tapez «gpedit.msc».

Comme ceci :
Windows reboot automatique solution etape1 gpedit.msc.jpg

Là, un programme s’ouvre avec deux choix, choisissez : «Stratégie Ordinateur local».

Étape 2

De là, il y a des dossiers à gauche.
Allez dans :

  • »Configuration ordinateur
  •  » »  Modèles d’administration
  •  » »  Composants Windows
  •  » »  Windows Update

Comme ceci :
Windows reboot automatique solution étape 2 windows update

Étape 3

Double cliquez sur «Pas de redémarrage automatique avec des utilisateurs connectés pour les installations planifiées de mises à jour».

Comme ceci :
Windows reboot automatique solution étape 3 Pas de redémarrage automatique

Étape 4

Choisissez «Activer»
Comme ceci :
Windows reboot automatique solution étape 4 activer

Oui, pour moi cette dernière étape est une étape complète, car c’est la libération !

Pour information, je cite la description :

Spécifie que pour terminer une installation planifiée, le service Mises à jour automatiques va attendre le prochain démarrage de l’ordinateur par un utilisateur connecté au lieu de provoquer un démarrage automatique.

Si le statut est configuré à Activé, le service Mises à jour automatiques ne va pas redémarrer un ordinateur automatiquement pendant une installation planifiée si un utilisateur est connecté à l’ordinateur. Il invitera simplement l’utilisateur à redémarrer l’ordinateur.

N’oubliez pas qu’un redémarrage de l’ordinateur est nécessaire pour que les mises à jour soient effectives.

Si le statut est configuré à Désactivé ou Non configuré, le service Mises à jour automatiques va avertir l’utilisateur que l’ordinateur va redémarrer dans 5 minutes pour terminer l’installation.

Remarque : cette stratégie s’applique uniquement lorsque le service Mises à jour automatiques est configuré pour effectuer des installations planifiées de mises à jour. Si la stratégie « Configuration du service Mises à jour automatiques » est désactivée, cette stratégie n’a aucun effet.

/mot-cle/windows/