Mots-clé : scripting

Adobe Photoshop Scripting : astuces – hints

Après avoir lu la documentation et essayé toutes les choses de bases, voici ce qu’il me manquait pour faire les choses rapidement : notez bien que je ne programme Photoshop qu’en JavaScript.

Extension des fichiers Photoshop JavaScript

Tous vos fichiers doivent se terminer par « .jsx »

Charger les scripts uniquement via Photoshop

  • Si Photoshop est déjà ouvert, choisissez Fichier » Scripts » Parcourir. Allez dans le répertoire Presets » Scripts et sélectionnez votre script.
  • Si Photoshop n’est pas ouver : démarrez Photoshop et choisissez Fichier » Scripts, et sélectionnez votre script à partir du menu Scripts.

En scripting, impossible de sélectionner un cercle. La sélection ne fonctionne que sur des points : on peut préciser un ensemble de points, et ensuite demander à ce que la sélection « suive » cet ensemble de points. L’astuce que j’ai trouvé : faire un tracé qui soit un cercle, et demander au tracer de s’appliquer à la sélection.

Enfin, ce qu’il vous manquera le plus et qui est dur à trouver :

Le logger JavaScript

Ils ont fait un truc génial et super pratique : c’est un plugin JavaScript qui loggue toutes vos actions. Comme il loggue toutes vos actions il faut surtout ne pas oublier de le désactiver, mais en pratique, à la moindre de vos actions Photoshop, il remplit un fichier qu’il a crée sur le bureau : ScriptingListenerJS.log (mais aussi pour ceux que ça intéresseil crée le même fichier avec les actions en Visual Basic : ScriptingListenerVB.log).

Donc si vous avez du mal à trouver le code en JavaScript, hop le logger et là vous regardez ce qu’il écrit quand vous faites une action.

/mot-cle/scripting/

Google gmail, google apps scripting

Saviez vous qu’il était possible d’automatiser la plupart des applications google ?

Allez simplement sur cette adresse : https://script.google.com.
Vous verrez : c’est extrêmement pratique.

Ce site donne même cinq exemples de scripts pour automatiser certaines tâches rébarbatives :

  1. Supprimer automatiquement des mails après un certain nombre de jours
  2. Demander à certains mails de « réapparaître » dans votre boîte de réception au bout d’un certain nombre de jours
  3. Envoyer des SMS pour des emails importants
  4. Programmer des mails pour qu’ils soient envoyés à une certaine date
  5. Sauvegarder des messages Gmail en tant que PDF dans google drive

/mot-cle/scripting/

ShootMania : l’après TrackMania

Vous pouvez voir la vidéo de Shootmania ici :

Présentation de shootmania

C’est vraiment impressionnant.

Mon petit nez me disait que du côté du scripting ils avaient fait quelque chose de fort.
Je me suis trompé : ça n’est pas fort, c’est exceptionnellement fort.

En fait leur moteur de scripting, tenez vous bien, intègre un compilateur qui génère du code machine : oui, vous avez bien lu, le code est compilé à la volée !

C’est ce qui se produit déjà dans Trackmania 2 et mon petit nez me disait qu’ils avaient fait un boulot énorme, au vu de la rapidité avec laquelle mon script de labyrinthes était compilé puis exécuté.

Vivement que je puisse mettre la main dessus pour faire les maps MOBA de labyrinthes 🙂

/mot-cle/scripting/

Gimp et Python-fu script : vecteurs et strokes : exemple

J’ai eu énormément de mal à trouver un exemple de script python-fu qui fonctionne.

Après avoir réussi à automatiser certaines tâches grâce à Gimp, je voulais créer des vecteurs, et y appliquer la brosse en cours.

Voici l’exemple de code qui fonctionne :


  new_image = pdb.gimp_image_new( new_image_width, new_image_height, RGB )
  new_layer = pdb.gimp_layer_new(
    new_image, new_image.width, new_image.height,
    RGBA_IMAGE, _("Background"), 100, NORMAL_MODE)
  pdb.gimp_image_add_layer(new_image, new_layer, -1)
  pdb.gimp_drawable_fill(new_layer, fill_type )
  new_layer = gimp.Layer(
    new_image, _("New Layer"),
    new_image.width, new_image.height,
    RGBA_IMAGE, 100, NORMAL_MODE)
  pdb.gimp_image_add_layer(new_image, new_layer, -1)
  pdb.gimp_drawable_fill(new_layer, fill_type )

  new_vectors=pdb.gimp_vectors_new(new_image, 'Vectors!')
  t = int(round(step / 1.5))
  pdb.gimp_vectors_stroke_new_from_points(
    new_vectors,
    0, # 0 = Beziers Curve
    30,
    # {controle1} {centre} {controle2}
  [ x-(step-t), y, x-step, y, x-(step-t), y,
      x, y+(step-t), x, y+step, x, y+(step-t),
      x+(step-t), y, x+step, y, x+(step-t), y,
      x, y-(step-t), x, y-step, x, y-(step-t),
      x-(step-t), y, x-step, y, x-(step-t), y],
      False) # Closed = True

  pdb.gimp_image_add_vectors(new_image, new_vectors, 0)

  pdb.gimp_context_set_foreground( (255,255,255) )
  pdb.gimp_context_set_brush( "Circle (07)" )
  pdb.gimp_edit_stroke_vectors(new_layer, new_vectors)

  gimp.Display( new_image )

Maintenant avec cet exemple, si vous voulez faire des vecteurs et les dessiner avec la brosse en cours, ainsi qu’avec mon article sur l’automatisation de Gimp, vous devriez arriver à faire beaucoup de choses !

/mot-cle/scripting/

Gimp, scripting et Python-fu : exemple par la transformation d’une image PNG en image transparente

J’ai été plus loin dans l’automatisation de Gimp.

J’ai voulu reprendre mes deux articles qui parlaient de Script-fu : le premier pour débuter ici, et le second qui passe à peine à la vitesse supérieure, qui explique l’assignation des variables ici.

Mais comme je suis un grand fan de Python et que tout a été fait pour pousser Python en avant dans Gimp, j’en ai profité.
Trois heures de travail avant d’y arriver.

Première chose à savoir :

On parle de script Python, mais ce sont des plugins.
Donc, lorsqu’on les installe, il faut les mettre dans le répertoire ~/.gimp/plug-ins/ et non pas ~/.gimp/scripts/.

Deuxième chose :

Ils doivent être exécutables. Donc :

chmod +x ~/.gimp/plug-ins/monscript.py

Troisième chose :

Enfin, allez chercher des exemples ici : http://registry.gimp.org/

Vous les installez et vous les lancez à partir de là vous avez tout ce qu’il vous faut.
Si vous avez lu ces trois informations avant de vous lancez dans l’aventure je vous aurais probablement fait gagner au moins une demi-journée.

Enfin, pour que la ligne de commande fonctionne sur les dernières versions de Gimp (2.6.8) à l’heure de l’écriture de cet article, il y a plein d’articles obsolètes sur le net. Je vais encore vous faire gagner des heures de recherche :

Voici un exemple complet d’un lancement en ligne de commande qui fonctionne :

gimp -i --batch '(python-fu-batch-to-transparent-indexed RUN-NONINTERACTIVE "/home/olivier/Bureau/france.php.png" "/home/olivier/Bureau/france.2.php.png")' -b '(gimp-quit 0)'

Et voici mon plugin tout simple que j’ai codé en 15 minutes, mais avant d’arriver là j’ai cherché pendant six heures…

Cliquez ici pour le télécharger.

Ce plugin transforme une image PNG en la même image, mais en transparente et en couleurs indexée.
Il n’est pas 100% terminé, car la couleur de transparence est codée en dur, mais il fonctionne très bien pour peu que votre couleur soit le blanc 🙂

Pour ce qui est de la méthode, je me suis très fortement inspiré de ce site.

Si je vous ai aidé n’hésitez pas à me laisser un message !

/mot-cle/scripting/

Python : mes premiers essais

Bon, sur cet article ici, j’ai traduit tout le vécu d’un auteur, et j’ai voulu tester par moi même.

En pratique, j’ai installé un dictionnaire de Français entièrement gratuit, et je voulais récupérer les mots Français, sans la définition (je ne dirai pas pourquoi par contre hahahah).

Donc je regarde les fichiers, c’est du XML.
Ok donc il me faut juste un parseur.
En Delphi, ça m’aurait pris disons… une trentaine de minutes.
Eh bien pour mon premier script en Python, ça m’a pris… 10 minutes.
Oui oui je n’exagère pas : 10 minutes, j’ai lancé le chrono pour voir si j’allais être rapide ou pas.
Voilà mon script :

1 #! /usr/bin/env python
2 # -*- coding: utf-8 -*-
3
4 # r = open('/datas/dictionnaire/test
5
6 import types, fileinput
7
8 def process(line):
9 if line[0:7] == ' 0):
12 sub = sub[:sub.find(' ')]
13 if (sub.find(',') > 0):
14 sub = sub[:sub.find(',')]
15 print(sub)
16
17 for line in fileinput.input():
18 process(line)

Incroyable. Effectivement, en pratique c’est vraiment ce que j’ai mis sur mon article précédent : tout est clair, lisible, la documentation aide bien, et c’est extrêmement rapide, en tous les cas sa rapidité suffit amplement pour faire toutes les tâches de scripts de base que l’on veut.

Je suis extrêmement content, à part depuis la découverte de la librairie ExtJs, qui est très impressionnante, ça allait faire longtemps que je n’avais pas été autant enthousiasmé (du point de vue informatique, j’entends).

/mot-cle/scripting/