Mots-clé : anglais

PacktLib jQuery for Designers Beginner’s Guide est sorti !

Le livre que j’ai revu – et critiqué est sorti :

PacktLib jQuery for designers

Avec mon petit CV de technical reviewer :

PacktLib jQuery for designers Olivier Pons

Olivier Pons is a developer who’s been building websites since 1997. He’s a teacher at IngeSup (École Supérieure d’Ingénierie Informatique; for more information visit http://www.ingesup.com/ and http://www.y-nov.com), at the University of Sciences (IUT) in Aix-en-Provence/France, and École d’Ingénieurs des Mines de Gardanne, where he teaches MVC fundamentals, Symfony, Php, HTML, CSS, jQuery/jQuery Mobile, Linux basics, and advanced VIM techniques. He has already done some technical reviews, including the books Ext JS 4 First Look, Packt Publishing and jQuery Mobile Web Delopment Essentials, Packt Publishing, among others. In 2013, he left a full-time job as a Delphi and PHP developer to concentrate on his own company, HQF Development (http://hqf.fr). He currently runs a number of websites, including http://www.livrepizzas.fr, http://www.papdevis.fr, and http://olivierpons.fr, his own web development blog. He works as a consultant, teacher, project manager, and sometimes a developer.

De la nourriture pour le cerveau !

Pris ici, et traduit en français par moi même.

C’est mon site favori.

Je le visite presque tous les jours.

Il n’est pas « responsive ». Il n’est pas optimisé pour iPhone.
Il a l’air flou sur un affichage de type Retina.
Il n’utilise pas le tout dernier framework HTML5/CSS3.
Il n’a pas un « rythme vertical réfléchi pour être agréable ».
Les fontes n’ont rien d’original. Ni Le skeuomorphique ni plat.
Il n’a pas son propre favicon.
Il n’a aucune application native Twitter ou Instagram.
Il n’utilise ni d’AJAX ni de SCRUM ou de node.js ou de Sinatra.
Il n’a pas sa propre API ou son suivi RSS, et pas de VC funding.
Il n’a jamais été numéro un sur un blog technique connu et n’a jamais gagné un seul concours.

Il me dit comment faire la soupe du jour.

Une information donnée gratuitement, qui est pratique pour la personne qui le lit.

C’est ça, le web design.

Anglais : la forme posssessive des noms se terminant en « s » : Pons’ Dog

Ci-suit une traduction de l’arcticle posté ici.

Comme à mon habitude, c’est un mémo personnel que je partage… avec tout le monde.

Il y a deux cas différents à traiter en Anglais :

– Pour les noms qui sont au pluriel, (par exemple « boys »), la forme possessive s’écrit en ajoutant une apostrophe après le pluriel « s ». On prononce le nom de la même façon que le pluriel, et le possessif de la même façon que le possessif singulier :

The boys’ books [prononcer « boys' » comme « boys » (en oral français : « boyz »)]

Pour les noms qui sont au singulier et se terminent par un « s », la forme possessive se fait en ajoutant une apostrophe et un « s », comme on le fait avec les noms qui ne se terminent pas par « s ». On le prononce comme s’il y avait « es » ajouté à la fin :

The boss’s car. [prononcer boss’s comme « bosses » (en oral français : « bossize »)]

Pour les noms propres qui se terminent en « s », on ajoute simplement une apostrophe, et on ne change pas leur prononciation. C’est pourquoi on voit souvent :

Confucius’ sayings
Jesus’ teachings

Néanmoins, cette dernière règle ne s’applique pas lorsque les noms se terminent avec une autre lettre que « s », même si oralement on doit prononcer un « s ». Ces noms ont une forme possessive classique :

Marx’s theories

Dans le cas opposé, lorsqu’un nom se termine avec un « s » qui n’est pas prononcé, on ajoute habituellement une apostrophe, mais celle-ci fait qu’on doit prononcer le « s » :

Camus’ novels [le « s » final de « Camus » n’est pas silencieux, il faut le dire]