Mots-clé : full N key rollover

1 – QMK firmware – clavier AZERTY – Update

Pour tous ceux qui veulent le récupérer et le compiler, cela se passe par .

Attention ce qui suit est une explication du temps que j’ai perdu, mais j’essaie de rester honnête : il y a deux gros « firmwares » que l’on peut mettre dans les claviers de geek : le firmware QMK et le firmware kiibohd. Les deux personnes qui bossent dessus sont hyper fortes et connaissent les claviers et les drivers sur le bout des doigts. De mon point de vue je ne conseille que le premier (dont j’ai mis les sources en téléchargement juste au dessus), car le kiibohd n’est que sources de problèmes.

Celui qui a fait de grosses sources, travaillé énormément dessus et qui a le plus de connaissances est Jacob Alexander (alias haata), et vous trouverez toutes ses sources ici. Seul gros problème : même s’il est plein de bonne volonté, son code est difficilement lisible et le comportement même du clavier est totalement incohérent par rapport à ce que je recherchais. Je ne conseille pas du tout de récupérer et d’utiliser ce code pour ces raisons :

  • si vous voulez afficher une image totalement différente sur votre LCD par rapport à la couche, c’est impossible : il affiche uniquement un chiffre par rapport à la couche en cours (et si on vient d’une couche à une autre, par exemple de la 3 à la 2, alors vous verrez 2 chiffres)
  • si vous voulez facilement programmer des macros, vous allez galérer à mort, je n’y suis pas arrivé
  • si vous voulez compiler facilement sous Windows, c’est la même chose, et la seule réponse c’est : utilisez une machine virtuelle Linux et compilez là. Super !

Bref, que des points bloquants, même si un seul était résolu, les autres m’empêcheraient de faire ce que je veux avec mon Infinity Ergodox, donc : go for QMK !.

Infinity ergodox

[Update 5 avril 2018]
Voici toutes mes sources :
2018.04.05.qmk_firmware.tar.bz2
Pour la compilation, tout a changé et n’est plus compatible (…), voici la nouvelle commande qui fonctionne avec ce code source :
sudo make ergodox_infinity:azerty:dfu-util MASTER=right
sudo make ergodox_infinity:azerty:dfu-util MASTER=left

Tout mes sources spécifiques sont dans le dossier 
./layouts/community/ergodox/azerty

  • Les macros + fonctions AZERTY sont dans le fichier keymap.c
  • Le texte sur les LEDs est dans visualizer.c

[Update 30 mars 2018]
J’ai reçu mes nouveaux keycaps.
Je poste juste des images. J’espère que vous pardonnerez la qualité de l’image et les grains de poussière qui pourraient faire croire que c’est pas très nettoyé chez moi mais l’appareil photo les fait ressortir malgré mes 4-5 prises de vues et re-nettoyage…

Ergodox nouveaux keycaps
Ergodox nouveaux keycaps
Ergodox nouveaux keycaps
Ergodox nouveaux keycaps
Ergodox nouveaux keycaps
Ergodox nouveaux keycaps
Ergodox nouveaux keycaps
Ergodox nouveaux keycaps
Ergodox nouveaux keycaps
Ergodox nouveaux keycaps
Ergodox nouveaux keycaps
Ergodox nouveaux keycaps

[/Update]

Après avoir acheté deux fois l’Infinity Ergodox (oui le premier avait des défaut de LED, celle de droite était défectueuse… je l’ai gardé car je ne l’aurais jamais revu si je l’avais renvoyé), j’ai récupéré toutes les sources et j’ai tout fait pour les recompiler.

Bref, il fonctionne :


Infinity Ergodox


Infinity Ergodox


Infinity Ergodox

Je mets en disponibilité mes sources pour la configuration complète d’un clavier AZERTY tel que je l’ai expliqué dans la page de configuration du clavier, avec quelques modifications qui me conviennent mieux..

DAS Keyboard Ultimate S : le test

Voici le vrai, l’ultime clavier de geek, celui que tout le monde attend avec impatience : j’ai nommé : le DAS Keyboard Ultimate S (S pour « Silent »).
Attendez, je crois que je ne l’ai pas écrit avec les lettres qui vont avec :

DAS Keyboard Ultimate S

Voici les photos :
DAS Keyboard - vue générale

DAS Keyboard - la touche Linux

Pour résumer, le DAS Keyboard est aux claviers ce que les voitures de collection sont aux voitures : il n’y que les connaisseurs qui pourront apprécier, les autres ne sauront que critiquer de manière négative.
Bien sûr, dans ce cadre, plein de personnes vont penser « un clavier sans rien d’écrit dessus, n’importe quoi ! ».
Ou encore : « mais bon sang qu’est-ce qu’il est bruyant ! ».
Euh oui et non.
D’une part, je dois avouer que le toucher est absolument, comme tout le monde le dit (en Anglais ou en Allemand, mais pas en Français), excellent. C’est comme certaines bonnes choses : ça ne s’explique pas. Il n’y a qu’en pratiquant qu’on peut comprendre.
En fait, si on se renseigne vraiment, on peut comprendre techniquement le pourquoi de cette sensation si agréable. Notamment, concernant le principe des switches « Cherry MX ». Pour la note, j’ai acheté la version « Silent », donc celle qui a les switches « Cherry MX » bruns, et non pas bleus. Ils sont nettement moins bruyants, mais je dois avouer qu’ils sont tout de même bien plus bruyants que la plupart des claviers. Le son n’est pas si désagréable pour moi, disons même… surtout pour moi parce que je suis assez sensible au son. Et quand on développe, tout son qui pollue me gêne.

Clavier Azerty qui n’est pas prévu pour la programmation

Le seul hic ? Le seul gros hic ? Il n’est pas prévu pour la programmation. Avec notre super bonne mentalité et nos super bonnes idées, la plupart des caractères utiles en programmation sont difficilement accessibles. Comparez un clavier « Qwerty » et ses accolades, {} ou encore ses crochets [], c’est très facile à atteindre, alors qu’avec un clavier « Azerty », on ne peut taper que sur la touche AltGR, qui est située à droite. Donc on est obligé d’utiliser la main droite, même dans les cas où on devrait pouvoir se servir des deux mains.

Bon bref, pour l’instant, j’aime beaucoup taper avec, j’ai l’impression de faire nettement moins de fautes, et vraiment je n’ai pas à me plaindre. Par contre, c’est un fait, il n’est pas prévu pour le développement. En effet, sous vim, où on n’a pas le droit à l’erreur quand on tape les ordres, c’est assez frustrant, parce que je fais très souvent des retours en arrière, des « undo ». Disons, peut être qu’avec le temps, si j’arrive à me faire aux touches, je me détacherai définitivement les yeux du clavier, et je reviendrai éditer cet article (sourire).

Attention, par rapport au prix : il faut savoir au moins une chose : ce clavier a la possibilité de faire du « full N key rollover ». Pour simplifier au maximum la chose, disons que si on tape plusieurs touches en même temps, comme c’est le cas pour beaucoup de jeux, le clavier sait toujours parfaitement gérer tout ça et vous n’aurez jamais plus le fameux problème du clavier qui « stoppe » en bipant. C’est ce genre de détails qui font toute la différence entre un clavier à 15 euros et un clavier à 150 euros. Euh… oui oui il vaut bien 150 euros.